Les droits des femmes: évolution ou stagnation?

lLe 8 mars est la Journée internationale des femmes, plus particulièrement des droits des femmes. Durant cette journée nous célébrons les accomplissements et contributions des femmes dans les secteurs politique, socio-économique, culturel et plus encore.

Bien que cette journée n'aie été officiellement reconnue par les Nations Unies qu'en 1977, plusieurs pays à travers l'Europe et les Amériques ont souligné ou célébré des journées dédiées aux droits de femmes depuis le tout début du XXe siècle.


Durant les dernières années nous avons pu constater des avancements historiques:


- Octobre 2014: Malala Yousafzai devient la plus jeune récipiendaire du Prix Nobel de la paix.

- Juin 2018: l'Arabie Saoudite légalise le doit de conduire aux femmes.

- Novembre 2020: le parlement écossais adopte une loi qui rendra gratuits les produits d'hygiène féminine.

- Janvier 2021: nous sommes témoins de l'investiture de Madame Kamala Harris, première femme VP des États-Unis d'Amérique.


Sachant qu'en France les femmes n'ont eu le droit d'ouvrir un compte bancaire sans le consentement de leur époux qu'en juillet 1965, nous pouvons affirmer en avoir fait du chemin! Mais il ne faut point s'arrêter ici, particulièrement dans le monde du travail.

Encore aujourd'hui des études démontrent qu'en Europe, il faudra 84 ans (oui, 84 ans!) pour atteindre l'équité salariale entre hommes et femmes si la tendance actuelle est maintenue.


Par ailleurs, les micro agressions demeurent bien réelles et fréquentes aux quatre coins du monde.


  • Les mères er femmes enceintes sont négligées

"Nous n'avions pas pensé que vous auriez souhaité participer à cet évènement comme il a lieu en début de soirée." "Je pourrais assigner ce mandat à un de tes collègues, cela ne doit pas être facile avec un enfant." "Quelle chance avez-vous d'avoir plusieurs mois de vacances après la venue de votre enfant."


Trop souvent les mères et femmes enceintes entendent de telles affirmations.. Bien que l'intention ne soit pas toujours mauvaise, les conséquences de ces suppositions sont bien réelles. Parmi celles-ci la plus déplorable est la mise à l'écart de ces femmes du processus de planification.

Cela mène ces femmes à appréhender d'être perçues comme incapables à tel point qu'elles se sentent obligées d'éviter de parler de leurs enfants avec leurs collègues voire même de repousser au maximum l'annonce d'une grossesse.


Soyons clairs: la maternité n'est ni simple, ni uniforme. Loin de moi l'idée de vouloir éclipser le vécu de biens de femmes pour lesquelles la grossesse est pénible ou compliquée.

Offrez votre aide proactivement et lorsque vous constatez que la personne pourrait en bénéficier et évitez de sauter aux conclusion. Bien des mères souhaitent avoir des carrières et gravir les échelons et le plus important est qu'elles sont aptes à le faire.


  • Attribution des tâches basées sur le sexe

Alejandro sait faire du café.

Emmanuel peut planifier et organiser une rencontre d'équipe.

La prise de notes ainsi que la restitution de comptes sont à la portée de Bachir.


Hawa sait dépanner un ordinateur.

Julie est en mesure de diriger un département.

Latifa peut analyser et décortiquer des données.


Arrêtons de perpétuer des stéréotypes et clichés déplacés.


Cessons aussi d'attribuer des qualificatifs aux femmes qu'on n'attribuerait pas aux hommes. Une femme peut très bien être sensible tout en étant ambitieuse et motivée par l'atteinte des résultats. Cela fera d'ailleurs d'elle un leader exceptionnel.


Finalement, ne vous méprenez pas: son style vestimentaire et sa coiffure ne vous diront rien sur ses compétences ou sa performance.


En ce 8 mars, n'oublions surtout pas que les droits des femmes sont des droits humains fondamentaux et qu'ils font partie intégrante des droits des Hommes.



85 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout